Conformément à la Résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée le 30 novembre 2016, aujourd’hui le Conseil européen a adopté des actes juridiques qui imposent de nouvelles mesures restrictives à l’encontre de la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Les mesures restrictives de l’UE contre la Corée du Nord ont été introduites le 22 décembre 2006. Les mesures existantes mettent en œuvre toutes les résolutions du CSNU qui ont été adoptées à la suite des essais nucléaires et des tirs de missiles balistiques effectués par la RPDC, et comprennent des mesures supplémentaires qui ont été prises de manière autonome par l’UE.

Le 19 mai 2016, le Conseil avait déjà ajouté dix-huit personnes et une entité à la liste des personnes et entités faisant l’objet de mesures restrictives de l’UE à l’encontre de la RPDC. Ces mesures supplémentaires de l’UE complètent le régime de sanctions imposées en vertu de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

De plus, le 12 février 2017, la RPDC avait lancé un missile balistique, ce qui constituait une nouvelle violation de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, dont la résolution 2321, adoptée en novembre 2016. Ce jour-là l’EEAS avait communiqué que la haute représentante/vice-présidente Federica Mogherini avait l’intention de s’adresser aux ministres des affaires étrangères des partenaires internationaux afin d’examiner de manière plus approfondie la réponse internationale.

Les mesures voulues par l’UE comprennent des restrictions sur les opérations liées au charbon, le fer et le minerai de fer de la RPDC et une interdiction sur les importations de cuivre, de nickel, d’argent et de zinc ainsi que des statues de la RPDC. Les mesures comprennent aussi une interdiction des exportations de nouveaux hélicoptères et des navires de la RPDC, le resserrement des restrictions existantes dans le secteur des transports et dans le secteur financier, comme l’interdiction des représentations diplomatiques et aux diplomates de la RPDC d’avoir plus d’un compte bancaire dans l’UE et les restrictions sur l’utilisation de biens immobiliers par la RPDC dans l’UE.

Les actes juridiques prévoient également que les États membres adoptent de nouvelles mesures afin d’empêcher aux citoyennes de la RPDC une formation dans des disciplines qui favoriseraient les programmes liés aux missiles nucléaires et balistiques, afin aussi de suspendre la coopération scientifique et la coopération technique avec des personnes ou des groupes parrainés par la RPDC à titre officiel ou pour le compte de la RPDC.

Maria Elena Argano

En savoir plus:

Site du Conseil européen : http://www.consilium.europa.eu/en/press/press-releases/2017/02/27-north-korea-sanctions/?utm_source=dsms-auto&utm_medium=email&utm_campaign=North+Korea%3a+EU+expands+sanctions+against+the+Democratic+People%27s+Republic+of+Korea+(DPRK)+in+line+with+UN+Security+Council+resolution

Site de la Libre : http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/coree-du-nord-l-ue-renforce-ses-sanctions-contre-pyongyang-58b421bccd70ce397f2e4a10