Contexte :

Depuis juin 2014, l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) s’empare de villes, massacrant des populations civiles, détruisant des bâtiments entier, semant la terreur sur son passage. Progressant rapidement sur le territoire, ces djihadistes reçoivent le soutien de nombreux étrangers. Beaucoup d’européens ont ainsi rejoint leurs rangs ces derniers temps. Pour faire face à cette menace, une coalition est mise en place depuis septembre 2014 avec la participation des Etats-Unis et de plusieurs pays européens, afin d’engager des opérations aériennes pour soutenir l’armée irakienne.

Dans ce conflit, ce sont les populations civiles qui sont principalement touchées. Poursuivant un objectif de pacification du territoire irakien et de lutte contre le terrorisme, l’Union européenne se donne les moyens d’intervenir sur le plan humanitaire et financier.

Relations politiques Irak – UE :

Soutenant la transition de l’Irak vers la démocratie, l’Union européenne a signé avec ce pays un accord de partenariat et de coopération en mai 2012, dans le but d’instaurer un cadre favorisant le dialogue et la coopération dans les domaines des questions politiques et sociales; des droits de l’homme; de l’État de droit; des migrations; de l’environnement; du commerce; de la culture; de l’énergie; des transports; et de la sécurité.

L’OTAN s’en mêle :

Le 8 septembre 2014, Zeid Ra’ad al Hussein, Haut-Commissaire de l’ONU aux Droits de l’Homme, résumait le conflit irakien, comptant environ 10 000 hommes de l’Irak à la Syrie voulant créer « un monde sanguinaire, hostile et malveillant », « mortel pour quiconque ne partage pas leur fanatisme religieux ».

Des individus qui s’inscrivaient au départ dans la branche d’Al-Qaïda en sont maintenant les concurrents. Et les djihadistes sunnites sont décris comme « parfaitement armés et sûrs d’eux », d’où leur dangerosité pour quiconque n’adhérerait pas à leurs valeurs. Cet « Etat islamique », un « cancer » selon le Président américain Barack Obama, cherche actuellement à établir son « califat » jusqu’en Syrie.

Le sommet de l’OTAN qui eut lieu à Newport au Pays de Galles fut l’occasion pour la coalition (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Turquie, Canada, Italie, Pologne, Danemark et Australie) de réfléchir à une solution militaire concernant le conflit irakien.

« Le prétendu « État islamique en Iraq et au Levant» (EIIL) représente une grave menace pour le peuple iraquien, pour le peuple syrien, pour l’ensemble de la région et pour nos pays ». Les chefs d’Etat et de Gouvernement se montrent « indignés » face aux incessantes attaques barbares lancées contre les populations civiles, mais aussi et surtout contre les communautés religieuses et ethniques, lesquelles sont selon eux « prises pour cibles de manière systématique et délibérée ». Le sommet de l’OTAN condamne « avec la plus grande fermeté » l’ensemble de ces actes, affirmant que « si la sécurité de l’un des Alliés est menacée, [ils n’hésiteront] pas à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer [leur] défense collective ». Il rappelle par ailleurs qu’au regard des événements dans la Région, nombre d’Alliés ont déjà proposé ou fourni une assistance bilatérale à l’Irak sur le plan humanitaire et de la sécurité.

Réaffirmant son « attachement constant […] à son partenariat avec l’Iraq », l’OTAN prévoit un partenariat qui permettra une coopération dans « les domaines du dialogue politique, de la formation et de l’entraînement, de la réponse au terrorisme, de l’établissement des institutions de défense, de la sécurité des frontières, et de la stratégie de communication ». Coopération, coordination, et soutien pourraient permettre de stabiliser le conflit, avant d’en sortir, peut être définitivement.

Vision européenne de la situation en Irak :

Selon Federica Mogherini qui s’exprimait à Bruxelles le 6 février 2015, « le terrorisme n’a pas de frontière ». Considérant que l’Irak et l’UE se trouvent confrontés à « des défis communs et des menaces communes », pour la Haute Représentante l’Union européenne partage, avec ses « amis et partenaires de la région, un intérêt commun à s’attaquer à ces menaces de façon efficace ».

Rappelant que « les musulmans sont les premières victimes de Da’esh », la vice-présidente de la Commission considère alors que les Etats membres, les partenaires régionaux ainsi que la communauté internationale sont mieux à même de s’ « attaquer de façon plus efficace aux causes profondes de l’instabilité et de la violence ». La décision d’octroyer 25 millions d’euros supplémentaires s’inscrit dans cette lignée d’aide humanitaire et financière.

Le soutien financier de l’Union européenne :

Pour faire face à la situation de crise en Irak, c’est au total une aide de 63 millions d’euros que l’Union européenne a débloqué pour 2015.

« Le nombre de personnes dont la survie dépend de l’aide humanitaire en Iraq a augmenté de 400 % en moins d’un an. La poursuite des combats signifie que la crise est loin d’être terminée et que l’aide humanitaire que nous apportons est plus nécessaire que jamais », déclarait Christos Stylianides, commissaire européen chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, à l’occasion du lancement du plan de réponse humanitaire en faveur de l’Iraq qui se déroulait à Bruxelles le 4 juin dernier.

Le 4 juin, la Commission européenne annonçait ainsi l’octroi d’une « aide supplémentaire de 25 millions d’euros en faveur des victimes de la crise humanitaire qui s’aggrave en Iraq » afin de permettre la fourniture de l’eau, de denrées alimentaires, d’équipements sanitaires, d’abris, de fournitures médicales et de soins de santé aux personnes déplacées sur le territoire iraquien, « notamment à celles qui ont récemment fui les combats dans la ville de Ramadi, dans la province d’Anbar ».

Appelant les parties au conflit à protéger les civils et à leur permettre de quitter les zones de conflit « en toute sécurité », le commissaire européen chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises se rendra prochainement en Irak pour s’entretenir avec les parties qui reçoivent l’aide humanitaire de l’UE afin de faire face à leurs besoins d’urgence.

En 2014, l’UE mettait à disposition 20 millions d’euros. En 2015, ce sont 38,5 millions d’euros qui ont été octroyés, et que la Commission européenne vient d’augmenter en débloquant 25 millions d’euros supplémentaire. L’aide humanitaire européenne en faveur de l’Irak a donc été considérablement accrue.

Le plan de réponse humanitaire 2015 en faveur de l’Iraq a été lancé conjointement par l’UE et les Nations unies ce 4 juin.

Une aide financière mais pas que …

Les chiffres sont exorbitants. L’Irak accueille actuellement près de 250 000 réfugiés syriens et selon l’ONU et l’OIM, 8,2 millions de personnes nécessitent une aide humanitaire, dont plus de 2,8 personnes déplacées depuis janvier 2014. Pour la Commission européenne, la priorité réside dans le fait de parvenir à atteindre les personnes difficiles d’accès et les zones de conflit. Or, c’est là un sérieux défi compte tenu de la continuité des violences, de leur impact et de l’insécurité sur les interventions humanitaires.

Appelant les parties au conflit à « pleinement respecter les règles et principes du droit international humanitaire », la Commission européenne apporte néanmoins son aide « tant aux Irakiens déplacés à l’intérieur du pays qu’à ceux réfugiés en Jordanie, au Liban et en Turquie ».

Selon la Commission européenne, « l’ONU fait état en Irak de privations généralisées et systématiques des droits de l’Homme par l’ensemble des parties impliquées dans ce conflit. Dans certains cas, il s’agit de réels crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Il est également fait état de violations des droits de l’Homme, telles que des assassinats ciblés, des conversions sous la contrainte, des enlèvements, du trafic d’êtres humains, des pratiques esclavagistes ou encore des abus sexuels ».

Les personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) vivent principalement en plein air, se réfugient dans des écoles ou des bâtiments en construction. L’urgence est donc d’organiser le logement, l’alimentation, l’approvisionnement en eau et des soins de santé pour aider au mieux ces personnes. Malheureusement, la situation en Irak ne se limite pas au conflit interne qui déchire le pays, mais s’étend au conflit en Syrie, Etat voisin. L’Irak accueille ainsi près de 250 000 réfugiés syriens.

Le programme humanitaire de la Commission en Irak prévoit de répondre aux besoins humanitaires :

1-. des Irakiens (PDI ou réfugiés en Jordanie et au Liban)

L’UE apporte une aide alimentaire et non-alimentaire aux réfugiés irakiens ayant fui en Turquie, en Jordanie et au Liban.

L’action de l’Union européenne dans le conflit irakien consiste à apporter une aide humanitaire financière (qui se monte aujourd’hui à 63,5 millions d’euros) et à assurer une présence sur le terrain (bureau à Erbil) avec du personnel surveillant continuellement la situation sur place et assurant la bonne coordination de la réponse humanitaire.

Selon le HCR, ce sont plus de 150 000 individus qui seraient visés par cette aide. L’Union européenne finance par ailleurs un programme du HCR à destination des catégories de réfugiés les plus vulnérables (personnes âgées, handicapées, blessées, malades …) se trouvant au Liban et en Jordanie et qui perçoivent alors une aide « en liquide ».

2-. des Syriens réfugiés en Irak

L’Irak compterait actuellement près de 250 000 syriens réfugiés. Depuis 2013, la Commission européenne aide financièrement cette population. ECHO (Service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne, anciennement connu sous le nom d’ « Office humanitaire de la Communauté européenne) soutient également ces réfugiés par une action sur le terrain, qu’il s’agisse d’apporter une aide alimentaire, des soins de santé, d’un accès à l’eau, d’activités d’assainissement et de protection, d’une aide psychosociale et de distributions d’articles ménagers essentiels. Selon la Commission européenne, environ 40 % des réfugiés syriens bénéficiant de cette aide en Irak sont des mineurs de moins de 18 ans et 41 % sont des femmes.

Enfin, Les Enfants de la Paix de l’UE, initiative lancée par la Commission européenne, permet aux enfants réfugiés et déplacés de recevoir une « éducation de base ». Selon la Commission européenne, « l’initiative finance des projets humanitaires qui offrent aux enfants vivant dans les régions touchées par les conflits, un accès à l’école qui leur permet d’étudier dans un environnement sécurisé, ainsi qu’un soutien psychologique pour les aider à mieux gérer leurs expériences de guerre traumatisantes ».

Aurélie DELFOSSE

Pour en savoir plus :

Communiqué de presse de la Commission européenne, « Une nouvelle stratégie mobilise tous les instruments de l’UE et 1 milliard d’euros pour la Syrie et l’Irak », Bruxelles, 6 février 2015http://europa.eu/rapid/press-release_IP-15-4222_fr.htm

« Analyse de la situation géopolitique, politique et militaire en Irak », 14 mai 2015http://www.geopolitique-geostrategie.fr/jean-bernard-pinatel/analyses/irak Communiqué de presse de la Commission européenne, « L’UE accroît de 25 millions d’euros son aide humanitaire à l’Iraq », Bruxelles, 4 juin 2015

http://europa.eu/rapid/press-release_IP-15-5115_fr.htm Europa, « L’UE et les Nations unies lancent conjointement le plan de réponse humanitaire 2015 en faveur de l’Irak », Bruxelles, 4 juin 2015

http://europa.eu/newsroom/calendar/events/2015/06/04_iraq_hrp_fr.htm

La dépêche, « C’est la nouvelle guerre d’Irak », 9 septembre 2014 http://www.ladepeche.fr/article/2014/09/09/1947996-c-est-la-nouvelle-guerre-d-irak.html

« Déclaration du sommet du Pays de Galles » publiée par les chefs d’Etat et de gouvernement participant à la réunion du Conseil de l’Atlantique Nord tenue au Pays de Galles les 4 et 5 septembre 2014 http://www.nato.int/cps/fr/natohq/official_texts_112964.htm

Commission européenne, aide humanitaire et protection civile, Fiche info Irak http://ec.europa.eu/echo/files/aid/countries/factsheets/iraq_fr.pdf