Cela fait 15 ans que cette date symbolique du 20 juin existe, sans pour autant réussir à avoir un impact réel sur l’opinion. La Journée mondiale des réfugiés a été instituée par l’ONU pour sensibiliser l’opinion mondiale. L’Assemblée générale des Nations Unies en a décidé ainsi en 2000, par le vote de la résolution 55/76. C’est en 2001, 50e anniversaire de la signature de la Convention du 28 juillet 1957 relative au statut des réfugiés, que cette journée mondiale a été célébrée pour la première fois. La date du 20 juin a été choisie pour coïncider avec la journée du réfugié africain, mise en place dans de nombreux pays africains.

Les Nations Unies se sont également inspirées de l’exemple de l’Eglise catholique, qui célèbre chaque année en janvier la journée mondiale du migrant et du réfugié, instituée par le pape Benoît XV en 1915. Soulignons une fois de plus l’ancienneté du phénomène (plus d’un siècle) et de sa perception au point d’avoir voulu en faire une journée spéciale. Rappelons que dans sa récente encyclique le pape François a souligné tout particulièrement le sort des réfugiés.(cf. autre article dans Nea say)

Le problème des réfugiés est ancien (cf. le pape Benoît XV instituant en 1914 la Journée mondiale du migrant et du réfugié), mais il est également appelé à durer : le contexte global est de plus en plus difficile pour les populations déplacées. Les conflits se multiplient : une bonne quinzaine de conflits majeurs ont été identifiés.

La perception des grands acteurs internationaux : Amnesty International et Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

Tous les deux ont fait coïncider la Journée mondiale avec la parution de leur rapport annuel. (cf. autres articles de Nea say).

Selon Amnesty International le monde connaît la crise des réfugiés « la plus terrible depuis la seconde guerre mondiale », essentiellement due aux conflits : guerre civile syrienne, guerres en Raq dans la corne de l’Afrique, instabilités politiques et absence de structures étatiques fortes (Libye) déplacements à travers la Méditerranée, mais aussi en Asie du sud-est. Depuis 2011 la guerre civile en Syrie a créé plus de ‘ millions de réfugiés qui se trouvent principalement en Turquie, au Liban, en Jordanie. Les pays d’accueil manquent de moyens, de structures et sont des pays pauvres, la réinstallation de ces réfugiés est plus que difficile. Pensons un instant au Liban avec plus d’un million de réfugiés sur son territoire qui pèsent désormais pour 25% de sa population. Pour l’Afrique subsaharienne on compte plus de 3 millions de réfugiés. La traversée de la Méditerranée s’accompagne de nombreux morts : en 2014 3500 personnes seraient mortes noyées. Elles seraient 1865 depuis le débat de l’année 2015. Mais les traversées sont également meurtrières dans le golfe du Bengale et la mer d’Andaman : les Rohingyas musulmans fuient les persécutions bouddhistes en Birmanie, ou originaires du Bangladesh qui fuient la misère : des centaines de personnes sont mortes au premier trimestre 2015 en essayant d’atteindre l’Indonésie dans le but de passer ensuite en Australie. Plus de la moitié de la population réfugiée est composée d’enfants.

Pour le HCR au cours de ces cinq dernières années au moins 14 conflits ont éclaté ou repris. En 2014 seulement 126 800 réfugiés ont pu retourner dans leur pays c’est le nombre le plus faible enregistré depuis 31 ans. Pour la seule année 2014 13,9 millions de personnes sont devenues des déplacés à l’intérieur de leur pays soit quatre fois plus qu’en 2010. En 1960 le HCR comptait 1, 66 millions de réfugiés, 17,84 en 1993 11,7 en 2013 .Dans ce contexte d’importante augmentation, la répartition mondiale des réfugiés demeure déséquilibrée. Les réfugiés continuent de rejoindre principalement les pays moins avancés plutôt que des pays riches. Prés de neuf réfugiés sur dix (soit 86%) se trouvaient dans des pays ou régions considérés comme économiquement moins développés. Un quart de la population réfugiée se trouvait dans des pays classés dans la liste des pays des Nations Unies des pays les moins avancés (PMA). Principaux pays d’accueil : Pakistan 1,62 millions, Iran 0,86,Liban à,86, Jordanie 0,64,Turquie 0, 61. Principaux pays de départ : Afghanistan 2,56 , Syrie 2,47, Somalie 1,12, Soudan 0, 65, R-D Congo 0,50.

Le besoin d’une réponse humanitaire de grande ampleur s’impose ainsi qu’un engagement mondial renouvelé envers la tolérance et la protection des personnes fuyant les combats et les persécutions Or de plus en plus les personnes sont laissées à elles-mêmes. Il est « terrifiant de constater, nous dit le Haut Commissaire aux réfugiés Antonio Guterres, que d’une part l’impunité augmente quant à l’irruption de ces conflits et que, d’autre part, la communauté internationale semble totalement incapable de travailler conjointement pour faire cesser les guerres et édifier et préserver la paix ».

La politique du HCR est de réinstaller le maximum possible, l’Union européenne envisage de participer, mais compte tenu de la crise, son offre ne suffit pas, loin de là ! c’est un effort de réinstallation de un million qu’il faut envisager et non de 20 000 . Pour répondre plus efficacement aux crises humanitaires c’est peut-être à la mise en place d’un fonds mondial pour les réfugiés sous l’égide de l’ONU qu’il faut songer. Plusieurs organisations humanitaires appellent à une telle création.

Les derniers chiffres de Eurostat. Demandes d’asile dans l’UE au premier trimestre 2015 : stabilité. 185 000 primo-demandeurs d’asile dans l’UE au cours du premier trimestre 2015 La moitié d’entre eux sont Kosovars, Syriens ou Afghans Durant les trois premiers mois de 2015, 185 000 primo-demandeurs d’asile ont introduit une demande de protection dans l’Union européenne (UE), soit un chiffre quasiment stable par rapport au dernier trimestre 2014, mais en hausse de 86% par rapport au premier trimestre 2014. En particulier, le nombre de Kosovars a considérablement augmenté pour atteindre près de 50 000 personnes. Ils constituent la principale nationalité des primo-demandeurs d’asile dans l’UE au cours du premier trimestre 2015, devant les Syriens et les Afghans.

Plus de la moitié des primo-demandes d’asile sont introduites en Allemagne ou en Hongrie : Au cours du premier trimestre 2015, le plus grand nombre de primo-demandeurs a été enregistré en Allemagne (73 100 primo-demandeurs, soit 40% du total de l’UE) et en Hongrie (32 800, soit 18%). Suivaient, à distance, l’Italie (15 200, 8%), la France (14 800, 8%), la Suède (11 400, 6%), l’Autriche (9 700, 5%) et le Royaume-Uni (7 300, 4%). Ces États membres ont affiché des tendances récentes différentes: par rapport au trimestre précédent, le nombre de primo-demandeurs d’asile au premier trimestre 2015 a bondi en Allemagne (+32%) ainsi qu’en Hongrie (+17%), alors qu’il a fortement chuté en Suède (-41%) et en Italie (-28%) et a diminué plus modérément au Royaume-Uni(-10%), en Autriche (-8%) et en France (-5%)

En proportion de la population de chaque État membre, les taux les plus élevés de primo-demandeurs au cours du premier trimestre 2015 ont été enregistrés en Hongrie (3 322 primo-demandeurs d’asile par million d’habitants), loin devant la Suède (1 184), l’Autriche (1 141) et l’Allemagne (905). À l’opposé, les taux les plus faibles (inférieurs à 50 primo-demandeurs d’asile par million d’habitants) ont été observés dans onze États membres: en Croatie, en Slovaquie, en Lituanie, au Portugal, en Roumanie, en Slovénie, en Lettonie, en République tchèque, en Estonie, en Pologne et en Espagne. Au premier trimestre 2015, on dénombrait 365 primo-demandeurs d’asile par million d’habitants dans l’UE.

Un primo-demandeur sur quatre est originaire du Kosovo. Le Kosovo (48 900 primo-demandeurs d’asile, soit 26 % du total de l’UE) a représenté, au cours du premier trimestre 2015, la principale nationalité des primo-demandeurs d’asile dans l’UE. Parmi les 48 900 Kosovars ayant introduit une demande d’asile pour la première fois dans l’UE au premier trimestre 2015, 90% ont été enregistrés dans deux États membres: en Hongrie (22 800) et en Allemagne (21 100). Les Kosovars constituaient également la principale nationalité des primo-demandeurs d’asile en France et au Luxembourg.La Syrie (29 100 primo-demandeurs d’asile, soit 16% du total de l’UE) était la deuxième nationalité principale des primo-demandeurs d’asile dans l’UE au premier trimestre 2015. Sur les 29 100 Syriens ayant demandé l’asile pour la première fois dans l’UE au cours des trois premiers mois de 2015, près de la moitié (13 800) l’ont fait en Allemagne. Les Syriens étaient la principale nationalité représentée parmi les primo-demandeurs d’asile dans onze États membres de l’UE. Avec 12 900 primo-demandeurs d’asile (soit 7% du total de l’UE) au premier trimestre 2015, l’Afghanistan complétait le top 3 des pays d’origine des demandeurs d’asile dans l’UE. Deux-tiers d’entre eux avaient introduit leur demande en Hongrie (4 000), en Allemagne (3 000) ou en Autriche (1 600).

Plus d’un demi-million de personnes ont leur demande d’asile en instance. Les demandes en instance concernent toutes les personnes ayant présenté, à un moment quelconque, une demande de protection internationale qui est toujours en cours d’examen par l’autorité nationale compétente à la fin de la période de référence. Il s’agit donc du «stock» de demandes pour lesquelles une décision est encore attendue. Cet indicateur permet notamment de mesurer la charge de travail des autorités nationales.

À la fin du mois de mars 2015, quelque 530 000 personnes avaient introduit dans l’UE une demande d’asile qui était encore en cours d’examen par l’autorité nationale compétente. L’année précédente, à la fin du mois de mars 2014, elles étaient environ 350 000. Avec 260 300 demandes en instance à la fin mars 2015 (soit 49% du total de l’UE), l’Allemagne totalisait de loin la part la plus importante dans l’UE, devant la Suède (54 400, 10%), l’Italie (47 500, 9%), la France (37 900, 7%), la Grèce (30 100, 6%) et le Royaume-Uni (29 800, 6%).

Pour en savoir plus :

Rapport de Eurostat (FR) http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/6888005/3-18062015-CP-FR.pdf/9f9b0ff8-e40d-4807-9d18-51794af3666b (EN) http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Asylum_quarterly_report

Les articles dans Nea say de Fiorenza Pandolfo et Aurélie Delfosse

UNHCR World RefugeeDay : dites le à vos amis(FR) http://www.unhcr.org/refugeeday/fr/ (EN) http://www.unhcr.org/refugeeday/

Rapport annuel du HCR (EN) http://unhcr.org/556725e69.html#_ga=1.156090104.2116004414.1434907932 ; résumé en français http://www.unhcr.fr/5581a037c.html

Amnesty International : Rapport annuel 2014-2015 http://www.unhcr.fr/5581a037c.html