Quatre Syriens, un Palestinien et un Tunisien, ont été accueillis par l’Uruguay en provenance de la prison américaine de Guantanamo, où ne demeurent plus que 136 détenus terroristes présumés. En 2014, ils sont 19 à avoir été ainsi rapatriés ou transférés dans des pays tiers, tandis que les Etats-Unis accélèrent le démantèlement de Guantanamo, promis par Barack Obama. Ce centre de détention américain, enclavé sur l’île de Cuba, ne concentre plus aujourd’hui que 136 hommes suspectés de terrorisme international, après le transfèrement ce dimanche de six nouveaux détenus, à destination de l’Uruguay. Ils ont quitté la base américaine de Guantanamo, à bord d’un avion de l’US Air Force, a indiqué un porte-parole du Pentagone, Myles Caggins.

Les six hommes, accueillis par l’Uruguay, où le président José Mujica a toujours promis qu’ils seraient libres, sont âgés de 30 à 40 ans. Ils figuraient parmi les premiers détenus de cette base militaire transformée en prison d’exception en 2002, au moment du lancement des opérations américaines en Afghanistan. Il s’agit des quatre derniers Syriens que sont Ahmed Ahjam, Ali Hussein Shaabaan, Omar Abou Faraj et Jihad Diyab, du Palestinien Mohammed Tahanmatan et du Tunisien Abdoul Ourgy, selon un communiqué du Pentagone.

« Nous sommes très reconnaissants à l’Uruguay de cette action humanitaire importante et au président (José) Mujica pour son rôle déterminant pour fournir l’asile à des individus qui ne peuvent pas rentrer dans leur propre pays », s’est félicité l’envoyé spécial de Barack Obama, Cliff Sloan, en charge de la fermeture de Guantanamo au Département d’Etat. « Le soutien que nous recevons de nos amis et alliés est crucial pour accomplir notre objectif commun de fermer Guantanamo, et ce transfèrement est une étape majeure dans nos efforts pour fermer cette infrastructure », a-t-il ajouté dans un courriel.

La fermeture de Guantanamo jugée « irréaliste »« Le département de la Défense travaille avec diligence pour transférer les détenus éligibles de Guantanamo », a déclaré de son côté son homologue pour le Pentagone Paul Lewis, précisant qu’il voyage régulièrement dans les pays potentiels d’accueil. Les pays de l’UE ont fait la sourde oreille et cela va sans doute continuer. »La sécurité est toujours la plus haute des priorités avant toute décision de transfert, et (la situation de) chaque détenu est réexaminée avec précaution par six agences gouvernementales avant de le déclarer apte au transfert », a-t-il ajouté.

La nouvelle intervient, après sept libérations décidées en novembre dernier, mais la promesse de Barack Obama de fermer le centre de détention controversé, avant la fin de son mandat en janvier 2017 semble encore bien fragile. Le commandant de la prison, le colonel David Heath, juge ainsi irréaliste » de voir fermer Guantanamo d’ici à deux ans.

 

Pour en savoir plus :

      -. Dossier Guantanamo de Nea say : http://www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?idr=4&idnl=3334&nea=152&lang=fra&arch=0&term=0

-. Article du Washington post du 7 décembre http://www.washingtonpost.com/world/national-security/six-guantanamo-detainees-transferred-to-uruguay-as-obama-works-to-close-prison/2014/12/07/18f8ca3c-7c03-11e4-9a27-6fdbc612bff8_story.html