Nea say a régulièrement sensibilisé ses lecteurs sur un phénomène qui prend de l’ampleur et menace de mort le sport : en juin dernier un article était publié qui soulignait la prise de position du Parlement européen (cf.nea say https://europe-liberte-securite-justice.org/2011/06/13/corruption-dans-le-sport-declaration-du-parlement-europeen-sur-la-lutte-contre-la-corruption-dans-le-sport/ )

 Un rapport de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), présenté  au Comité national olympique et sportif français (CNOSF), analyse le développement de la corruption liée aux paris sportifs. Dans un contexte où les scandales de corruption liés aux paris sportifs se multiplient dans l’espace européen, le livre blanc rédigé par l’Iris  (Institut de relations internationales et stratégiques) en collaboration avec l’université de Salford, le cabinet Praxes et le China Center for Lottery Studies – «Paris sportifs et corruption. Comment préserver l’intégrité du sport?» – étudie les modes opératoires utilisés par des organisations criminelles pour truquer des rencontres sportives.

«Face à la menace grandissante que font peser des organisations criminelles qui manipulent des matchs aux fins de s’enrichir et de blanchir de l’argent sale par l’intermédiaire des systèmes de paris sportifs en ligne», les fédérations sportives s’inquiètent des conséquences économiques (au niveau de la billetterie, du sponsoring et des droits TV) qu’engendrerait un discrédit généralisé de leur discipline auprès du public. Réputés trop corrompus, certains championnats de football asiatiques  et est-européens  ont ainsi perdu de leur popularité.

La perspective de profits plus élevés pousse désormais les mafias de ces pays à manipuler des matchs des grandes ligues européennes qui concentrent l’intérêt des parieurs, y compris asiatiques. L’implication de réseaux criminels albanais dans des affaires de paris truqués en Italie ou de la mafia croate en Allemagne éclaire sur ce phénomène transnational menaçant l’intégrité des compétitions sportives. «À terme, la mort du sport est programmée si les autorités sportives et publiques ne se mobilisent pas pour lutter contre la fraude», préviennent les auteurs du rapport, présenté  au Comité national olympique et sportif français (CNOSF).

Des sommes énormes  sont en jeu : 200 milliards d’euros de mises par an.Le marché mondialisé des paris sportifs, qui génère 200 milliards d’euros de mises par an, aiguise d’autant plus la cupidité des corrupteurs que l’absence d’harmonisation des législations nationales et le manque de coopération entre les autorités publiques étatiques, rendent le mouvement sportif vulnérable à leurs approches directes ou indirectes. Les auteurs du livre blanc s’appuient sur différentes affaires de corruption pour dresser «une typologie globale du phénomène». Pour les auteurs, «les nouveautés technologiques inhérentes au secteur des paris sportifs ont contribué au développement de trucages plus subtils». Avec, notamment certains types ou formules de paris: sur les détails d’un match (joueur qui marquera le prochain but, aura le prochain carton jaune, nombre de cartons, etc. ), le live betting (qui démultiplie les possibilités de paris et complexifie le contrôle) ou le betting exchange (parier sur une non-réalisation).

L’interaction entre les fragilités intrinsèques des acteurs du monde sportif (paupérisation de certaines ligues européennes ; avidité de certains dirigeants, joueurs ou impresarios ; zones géographiques où la corruption est endémique) et le développement d’un marché mondial des paris sportifs, dématérialisé via Internet, ne permet pas aux régulateurs territoriaux (fédérations sportives, opérateurs légaux et autorités publiques) de trouver des parades efficientes. Le décloisonnement des sites de paris européens et asiatiques (qui représentent la partie immergée d’un réseau pyramidal de paris illégaux drainant des mises colossales) créé ainsi un «marché gris» d’autant plus propice à remettre en cause «la glorieuse incertitude du sport» que «la corruption sportive constitue une activité lucrative à faible risque par rapport à d’autres activités criminelles qui concentrent l’attention des pouvoirs publics, et qui sont passibles de lourdes peines pénales».

Renforcer l’éthique du sport : ce constat alarmant conduit les auteurs à souligner la nécessité d’une action coordonnée entre le mouvement sportif, les opérateurs de paris et les pouvoirs publics. Avec notamment l’accent donné sur le besoin de coordination policière et sur la création d’un délit de fraude sportive harmonisé. Le Parlement européen propose ainsi que la fraude sportive fasse l’objet d’une définition commune au niveau européen et soit intégrée dans les législations des États membres. À cet égard, la Commission européenne (cf. Nea say)mène actuellement une étude sur le traitement juridique et pénal de ce problème. De leurs côtés, le Conseil de l’Europe se penche sur la faisabilité (dès 20008 il lançait des études)d’une convention internationale alors que la France vient d’adopter une proposition de loi visant à renforcer l’éthique du sport, notamment «en donnant la possibilité aux fédérations d’accéder aux données de jeu, via l’Arjel , afin de vérifier que les acteurs de la compétition n’ont pas participé aux opérations de paris ».

Selon les auteurs du livre blanc, ce nécessaire processus d’intégration au niveau des pouvoirs publics doit se doubler d’une mutualisation des outils de monitoring (les systèmes d’alerte sur le marché des paris sportifs). Avec comme corollaire, la mise en place d’un système où les informations les plus utiles pour la traque des manipulateurs (analyse des tendances géographiques, volume des mises rapportée au nombre de parieurs engagés, identité de ces derniers) puissent être centralisées auprès d’une agence régulatrice facilitant «une concertation entre États». Pour lutter efficacement contre la corruption sportive liée aux paris, les auteurs recommandent, entre autres, «la création d’un observatoire de la corruption sportive commun à tous les sports» et «la création d’une structure permanente intergouvernementale de suivi de l’offre et la demande de paris sportifs sur Internet.»

En résumé, trois axes d’action sont proposés : action et prévention.

      -.  En premier lieu, le rapport demande une responsabilité accrue et un renforcement de l’éthique au sein du mouvement sportif.

      -. Deuxième volet. « La lutte contre la corruption sportive passe par l’adoption de mesures pour sensibiliser et dissuader les participants sportifs. » Sur le plan législatif, « la lutte contre la corruption sportive passe par l’adoption de mesures pour sensibiliser et dissuader les participants sportifs. » Ainsi la dernière loi sur l’éthique dans le sport adoptée la semaine dernière à l’Assemblée nationale va dans ce sens, même si certains députés ont émis des réserves sur les aboutissants de cette loi (lire l’article Marie-George Buffet : « Le sport a besoin d’une loi cadre qui renforce le rôle de l’Etat »).

 

      -. Dernier volet des recommandations : une coopération internationale efficace contre les réseaux de paris truqués. « Compte tenu des logiques transnationales à l’œuvre, des passerelles de coordination internationale sont indispensables en matière de police et de justice. Elles le sont aussi en matière de surveillance du marché illégal, car même si les approches et le périmètre de la régulation des paris sportifs varient selon les pays, tous les Etats sont préoccupés par les risques qui pèsent sur le sport et son intégrité, ainsi que sur l’ordre public et la sécurité. »

Sport et corruption, beaucoup de questions encore sans réponses.Cette étude qui a connu un certain retentissement pose plus de questions qu’elle n’apporte, à ce stade, de réponses. Les auteurs en sont conscients, notamment ceux qui comme Sarah Lacarrière (IRIS)se sont efforcés de répondre aux questions nombreuses qui leur furent posées : comment lutter pour préserver l’intégrité du sport, avec quels moyens lutter contre un phénomène en pleine expansion, une expansion récente.

Les difficultés sont nombreuses. Le phénomène est encore mal mesuré en l’absence d’un observatoire. Ce que l’on sait n’est que la partie immergée de l’iceberg : on ne peut mesurer l’ampleur de la corruption liée aux paris, par exemple.

Un allié : le mouvement sportif qui , lui-même, a pris conscience du risque Le Comité international olympique a mis en place des groupes de travail, la Fifa (Fédération internationale de football) a fait un don de 20 millions de dollars à Interpol. Des actions ont été menées sur le volet prévention et formation des joueurs. Ce qu’on peut souhaiter, c’est qu’avec cet argent, Interpol, qui doit créer à Singapour un hub spécialisé dans les matches truqués, s’inscrive plus dans son corps de métier, c’est à dire la coopération policière internationale.

Les instances sportives ne sont-elles pas tentées de taire ou minimiser le problème ?  mais le risque immense est de décrédibiliser les compétitions sportives : le désintérêt tue de façon implacable la compétition sportive et au bout du compte le mouvement sportif a intérêt à jouer la transparence. Il doit prendre conscience qu’il ne peut mener le combat tout seul avec ses propres moyens et il est de plus en plus enclin à considérer que la création d’un délit de fraudes sportive le sert plus qu’il ne le désert et désormais il n’y a pas d’objection majeure à sa création.

Certains pays sont encore dans le déni du phénomène et de son ampleur  c’est pourquoi il faut porter la question de la corruption au niveau politique et il faut une vision européenne harmonisée sur la question des paris sportifs. Tout ce que l’on pourra créer au niveau européen en termes de normes pourra être porté au niveau politique et proposé aux acteurs asiatiques ou d’Europe de l’Est là où est la source principale de la gangrène corruptrice. C’est là que le Conseil de l’Europe a un rôle à jouer, d’ailleurs il  étudie la possibilité d’une convention internationale est important.

Créer une agence mondiale anticorruption sur le modèle de l’Agence mondiale antidopage, qui associe mouvement sportif et pouvoirs publics est souhaitable, mais prématuré sans avoir au préalable mis en place un observatoire, lieu de réflexion  d’information et d’ élaboration de  normes ; Mais le mouvement sportif doit d’abord réfléchir sur lui-même, se livrer à une introspection sincère et profonde..

La corruption sportive est aujourd’hui une activité à moindre risque par rapport aux autres tentations pour la criminalité organisée.  Le sport permet de blanchir de l’argent et bénéficie d’une certaine impunité: c’est moins dangereux que le trafic de drogue ou le trafic d’armes, domaines dans lesquels existent déjà des outils de lutte et des conventions internationales. Dans le sport, les criminels ne s’exposent pas à des risques importants. D’où l’importance de la pénalisation de la fraude sportive, qui permettrait de mettre en oeuvre des moyens d’investigations supplémentaires, ce qui est plus difficiles utiliser à quand il n’existe pas un délit spécifique. La création d’un tel délit favoriserait la création de services de police dédiés et donc une meilleure coopération internationale.

Les Jeux olympiques de Londres sont-ils particulièrement menacés? Non, même s’il y a une véritable inquiétude, mais en de telles occasions il est beaucoup plus difficile d’aller corrompre un champion, la surveillance est renforcée mais la tentation de la corruption est aussi plus grande. Les sportifs sont mieux encadrés et les compétitions pouvant faire l’objet de paris truqués sont aussi mieux connues

Les réponses à toutes les questions soulevées par le rapport sont loin d’être au rendez-vous mais une impulsion considérable vient d’être donnée elle a reçu un écho important dans la presse, à la différence du rapport sur le sport que le Parlement européen vient d’adopter dans sa session plénière du 2 et 3 février dernier (Cf. autre article) Constatons que ces deux évènements, contemporains à quelques jours prés, se sont largement ignorés.

 

      -. Site de l’ARGEL http://www.arjel.fr/

      -. Nea say : déclaration du Parlement sur la lutte contre la corruption dans le sport https://europe-liberte-securite-justice.org/2011/06/13/corruption-dans-le-sport-declaration-du-parlement-europeen-sur-la-lutte-contre-la-corruption-dans-le-sport/

      -. Commission européenne : livre blanc sur l’organisation du sport http://ec.europa.eu/sport/white-paper/swd-the-organisation-of-sport_fr.htm

      -. Le sport en danger article de Nea say http://eulogos.blogactiv.eu/2011/03/04/le-sport-en-danger-corruption-paris-illegaux-blanchiment-d%E2%80%99argent-agents-des-sportifs-et-des-clubs-arbitres-etc-%E2%80%A6/