Nea say qui a multiplié  les articles à ce sujet ne pouvait pas laisser  cette date sans apporter son écho. Dix ans après, les 171 «oubliés» de Guantanamo y sont toujours. Human Rights Watch, l’OSCE et Amnesty International parmi beaucoup d’autres ont apporté leur témoignage. Le plus spectaculaire est celui de Amnesty international  à Paris. Les autorités politiques et institutionnelles de l’Union européenne ne se sont guère manifestées à ce jour.

 Des militants d’Amnesty international France ont drapé  d’une bâche orange la réplique de la statue de la Liberté située sous le pont de Grenelle à Paris, pour réclamer la fermeture de la prison de Guantanamo, ouverte il y a dix ans par les Etats-Unis. Lors de cette action-éclair, qui s’est tenue de 08H15 à 08H45 mardi 10 janvier, plusieurs membres de l’association de défense des droits de l’Homme avaient revêtu la combinaison orange des détenus de la prison controversée et une cagoule noire, posant au dos de la statue devant une pancarte proclamant: « Guantanamo, dix ans, assez! ». « Depuis dix ans, les Etats-Unis bafouent les droits humains. Cette action symbolise le fait que les Etats-Unis tournent le dos à la justice, aux droits humains, à la liberté », a déclaré sur place Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France. « Le président Obama s’était engagé à fermer Guantanamo début 2010; or il ne l’a toujours pas fait et il reste aujourd’hui 170 prisonniers dans cette prison, dont un tiers libérables, sur lesquels ne pèse aucune accusation », a-t-elle poursuivi. « Nous demandons la fermeture de Guantanamo, ainsi que des enquêtes sur les auteurs de ce système et sur ces violations qui risquent de rester impunies: détentions arbitraires, détentions illimitées sans jugement, utilisation de la torture, transferts de prisonniers en toute illégalité », a-t-elle conclu.

Faits et chiffres : le 11 janvier 2002, les premiers «ennemis combattants» arrivaient dans la prison de Guantanamo, sur l’île de Cuba, en provenance d’Afghanistan. Dix ans après, 171 y sont toujours incarcérés, sur les 779 au total qui y ont séjourné. Et le centre de détention érigé dans la décennie écoulée, symbole des dérives juridiques – voire morales – de l’Amérique dans la lutte antiterroriste, ne semble pas près de fermer ses grilles selon la plupart des observateurs.

Incapable de tenir la promesse faite à son arrivée à la Maison-Blanche de fermer Guantanamo en un an, Barack Obama vient de provoquer la consternation chez les militants des droits de l’homme. Après avoir tenté d’y mettre son veto, il a finalement promulgué le 31 décembre une nouvelle loi empêchant tout transfert de détenus de Guantanamo aux États-Unis (au moins pour l’année fiscale en cours), autorisant les détentions illimitées sans procès et imposant le recours aux tribunaux militaires pour la plupart des suspects de terrorisme. Le président a toutefois promis de ne pas suivre certains éléments  de cette loi, signée à contrecœur sous la pression du Congrès. Certains se sont déclarés choqués car cette loi signée pourra servir « d’exemple », d’absolution donnée à l’avance pour des gouvernements plus répressifs que ne l’est celui de Barack Obama.

En dix ans, les conditions de détention se sont améliorées. Mais Guantanamo est devenu un cauchemar légal. Sur 171 prisonniers, 89 sont considérés comme «libérables» après une nouvelle évaluation réalisée par l’Administration en janvier 2011. Ils ne sont pourtant pas libres, soit parce qu’aucun pays n’en veut,  (à cet égard l’Europe a eu un comportement peu glorieux, cf. Nea say) soit parce qu’ils risquent la torture dans leur pays d’origine, ou encore à cause de l’instabilité qui règne dans certaines régions du monde. C’est le cas du Yémen, incapable de mettre en place un système de réhabilitation pour ses 56 ressortissants, c’est  la majorité du groupe. Barack Obama ne veut pas courir le risque de les renvoyer dans un pays où al-Qaida étend son influence, d’autant qu’un quart des prisonniers libérés ont récidivé, selon le Pentagone. Les autres viennent du Pakistan, d’Arabie saoudite, d’Afghanistan, de Syrie, de Chine et de Russie. Les talibans, qui disent vouloir négocier un processus de paix, ont réclamé  le retour de leurs prisonniers, une vingtaine en tout, dont cinq cadres de l’ancien régime afghan.

Quarante-six détenus sont dans des limbes juridiques. Aucun procès n’est prévu pour eux faute de preuves, mais les États-Unis refusent de les libérer, car trop dangereux. Ils pourront l’être quand les «hostilités» (la guerre contre le terrorisme) auront cessé. …. Depuis 2011, deux prisonniers ont quitté l’enclave de Cuba…, morts. Le Congrès a bloqué le financement d’une prison de haute sécurité dans l’Illinois, prévue pour le rapatriement des pensionnaires de Guantanamo.

L’Administration Obama a identifié 36 détenus devant être jugés, mais là encore, leur cas donne lieu à controverse. Incapable d’imposer des procès dans des tribunaux américains, Barack Obama a rétabli les «commissions militaires» de l’ère Bush, après les avoir «améliorées». Le cerveau des attentats du 11 Septembre, Khaled Cheikh Mohammed, sera donc jugé à Guantanamo, peut-être en 2012, et non à New York comme prévu. Les prochains procès auront valeur de test. Seulement six détenus ont été jugés devant les commissions militaires en dix ans, contre 400 suspects de terrorisme devant les tribunaux fédéraux.

À 800.000 dollars, le coût annuel par détenu, Guantanamo est aussi la prison la plus chère de l’histoire des États-Unis. L’échec de sa fermeture est souvent imputé au Congrès, mais pour  d’autres Obama a laissé passer des opportunités. Guantanamo, une prison qui décidément ne se ferme pas, pourtant Obama avait décrété sa fermeture, deux jours après son investiture le 22 janvier 2009. Mais  confronté à un ensemble de difficultés politiques, sécuritaires et légales, il n’a pas eu le pouvoir de fermer unilatéralement Guantanamo. Autre sujet de perplexité pour un européen, la longévité de Guantanamo montre  la persistance de l’appareil  de répression mis en place après le 11 septembre par son prédécesseur, George W Bush, comme si cet appareil à la fois mental, organisationnel, technique faisait partie des gènes défensifs de la démocratie américaine : hier contre le nazisme, le communisme, aujourd’hui le terrorisme. Mais tout ne se vaut pas.

      -. Dossier de Nea say sur Guantanamo http://www.eu-logos.org/eu-logos-nea-recherche.php?q=guantanamo&Submit=%3E

      -. Communiqué complet de Human rights watch http://www.hrw.org/node/104091

      -. Faits et chiffres sur Guantanamo par Human rights watch http://multimedia.hrw.org/dataviz/gitmo/main_dashboard.html

      -. Déclaration de l’OSCE http://www.osce.org/odihr/86927