Plusieurs eurodéputés ont exprimé leurs inquiétudes le 29 septembre dernier lors de la plénière du Parlement européen au sujet de la proposition dela Commissionvisant à harmoniser le recours aux scanners corporels dans les aéroports de l’UE. Cette proposition  de règlement a été adoptée pendant l’été et c’était la première fois qu’elle était débattue au sein du Parlement européen.

 

Le Parlement a renouvelé ses craintes bien connues (cf. Nea say). Pour certains élusla Commissionn’a pas réussi à trouver l’équilibre le plus juste possible entre les impératifs de sécurité et de respect de la vie privée et de la dignité des individus. Plusieurs députés  dont Claude Moraes (S&D britannique)  ont regretté quela Commissionait choisi des normes techniques permettant des images trop nettes. D’autres socialistes, comme le britannique Brian Simpson, ont toutefois approuvé la démarche dela Commissionet promis le soutien de la commission transports du Parlement européen. Au nom dela Commissioneuropéenne le commissaire Algirdas Semata a défendu l’action dela Commission, précisant par ailleurs que tout passager aurait le choix entre le recours au scanner corporel et une fouille corporelle traditionnelle.

 

L’expérience allemande est différente sur bien des points ( le respect de la vie privée par exemple), mais à ce stade elle dit clairement non aux scanners. Après dix mois d’essais à l’aéroport de Hambourg, l’Allemagne a finalement décidé de rejeter l’utilisation des scanners corporels, les jugeant trop peu fiables.

Après le passage de quelques 809 000 personnes sous le nouveau portique de sécurité, le ministère des transports allemand a jugé que la technologie n’était pas assez mûre pour l’instant. Le nombre de fausses alarmes a été en particulier souligné : jusqu’à 70% selon un rapport, les erreurs étant dues à de simples fermetures éclair,  œillets et boucles de ceintures, bottes, la sueur des aisselles ou même les plis dans les vêtements. Ainsi les agents de sécurité sont obligés d’effectuer un nouveau contrôle. Un tel taux d’erreur annule les gains de fluidité qu’est censée apporter cette génération d’appareils, par ailleurs très coûteux.

 

Le respect de la vie privée n’est apparemment pas un problème, la technologie utilisée ne permettant pas de voir le corps selon la police en charge de la sécurité des aéroports. Mais elle a souligné que pour être acceptés, les scanners corporels devraient avoir un logiciel qui puisse trouver l’équilibre entre une sensibilité suffisante pour détecter les substances suspectes sans empiéter sur le droit à l’intimité. L’Allemagne n’emploie pas de scanners à rayons X, mais à ondes millimétriques, qui font l’objet de moins de craintes pour la santé des voyageurs, même si les scientifiques s’avouent incapables à déterminer le danger pour les voyageurs fréquents.

 

Après leur apparition aux Etats-Unis,la France,la Grande-Bretagne, les Pays-Bas ont entre autres testé les scanners corporels. L’aéroport de Melbourne vient d’annoncer le lancement de ses propres essais pendant le mois de septembre, suivi par celui de Dublin.

 

Dossiers de Nea say sur les scanners corporels (29 articles) http://www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?q=scanners+corporels&Submit=%3E