La Halde a publié une série de recommandations contre les discriminations envers les femmes, préconisant par exemple des mesures contraignantes pour assurer l’égalité professionnelle dans la fonction publique ou encore la fin des internats non mixtes. A l’occasion de la Journée internationale de la femme, la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité s’est adressée aux pouvoirs publics mais aussi à «tous les acteurs susceptibles de contribuer à l’égalité entre hommes et femmes».

Face aux inégalités de salaires (les femmes gagnent en moyenne 27% de moins que les hommes), la Halde souhaite par exemple que soit demandé aux entreprises de publier chaque année des données sur l’évolution des écarts salariaux. La Halde demande aussi au gouvernement de «veiller à la publication rapide» d’un décret instituant une pénalité financière pour les entreprises «qui ne seront pas couvertes par un accord relatif à l’égalité professionnelle ou qui n’auront pas mis en place un plan d’actions». Elle souhaite aussi «un dispositif de sanctions financières pour les employeurs publics qui ne répondent pas à leurs obligations» en matière d’égalité professionnelle.

Campagne de sensibilisation. La Halde, qui a enregistré une augmentation des réclamations des femmes pour des discriminations liées à la grossesse et à la maternité (615 en 2010 contre 259 en 2009), recommande «une large campagne de sensibilisation en direction des acteurs économiques afin de modifier la perception de la maternité».

En matière de retraites, elle demande une nouvelle fois que soient pris en compte pour le calcul des pensions les dix meilleurs trimestres et non plus les 25 meilleures années de salaire, pour moins pénaliser les femmes aux carrières discontinues. Dans le domaine de l’éducation, la Haute autorité plaide pour que les personnels de l’Education nationale soient formés «à la prévention des stéréotypes et des discriminations sexistes».

Elle recommande aussi «d’établir un plan d’action afin de mettre un terme à l’existence des internats non mixtes». Ces recommandations ont été remises lundi 7 mars, à la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot. «Je ne veux plus qu’une seule femme puisse craindre pour son emploi quand elle apprend qu’elle est enceinte», a réagi la ministre, dans une déclaration transmise par son service de presse, précisant que des recommandations de la Halde seraient intégrées dans le plan de lutte contre les violences faites aux femmes.

 

      -.Egalité professionnelle : remise du rapport à Roselyne Bachelot http://www.solidarite.gouv.fr/actualite-presse,42/communiques,95/egalite-professionnelle-entre-les,13232.html

 

      -. Les chiffres clés de l’égalité femmes et hommes en 2010 http://www.solidarite.gouv.fr/actualite-presse,42/breves,409/espaces,770/femmes-egalite,772/droits-des-femmes-et-egalite,852/egalite-professionnelle,1857/chiffres-cles-de-l-egalite-femmes,13228.html

 

      -. Violences  faites aux femmes http://www.solidarite.gouv.fr/espaces,770/femmes-egalite,772