La décision des jurés new-yorkais est un revers pour l’administration Obama, dont l’engagement à fermer le camp de détention militaire de Guantanamo, ouvert début 2002, se heurte à des résistances sur le front intérieur. Résistances qui se renforcent après les élections marquées par un succès républicain exceptionnel.

Ce Tanzanien de Zanzibar, âgé de 36 ans, était accusé d’implication dans les attentats commis en 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie. L’opération menée par Al Qaïda avait fait 224 morts. Au terme de cinq journées de délibérations, les jurés new-yorkais n’ont retenu qu’une charge contre lui, celle d’avoir comploté en vue de détruire des biens américains au moyen d’explosifs. Elle pourrait lui valoir une lourde condamnation – au minimum vingt ans de prison. Le procureur fédéral Preet Bharara a annoncé qu’il demanderait la réclusion criminelle à perpétuité. Ghailani a en revanche été acquitté des 276 chefs d’homicide et tentative d’homicide et des accusations de conspiration dont il devait répondre.

Le procès de Ghailani, le premier devant une juridiction civile pour un détenu de Guantanamo, était particulièrement suivi et avait valeur de test de la politique adoptée par l’administration Obama pour juger les détenus de Guantanamo.

Il reste actuellement 174 détenus à Guantanamo, où ont été emprisonnés sans statut juridique clair jusqu’à 765 « ennemis combattants » capturés lors de la « guerre contre le terrorisme » déclenchée par l’administration Bush après les attentats du 11 septembre 2001.Le gouvernement fédéral entend les traduire, en fonction des cas, devant des tribunaux civils ou des tribunaux militaires. Mais la plupart des républicains, désormais majoritaire à la Chambre des représentants, estiment que tous les suspects de terrorisme doivent comparaître devant la justice militaire.

« Ce verdict tragique démontre la folie totale de la décision de l’administration Obama de juger des terroristes d’Al Qaïda devant des tribunaux civils », a dénoncé Peter King, élu républicain à la Chambre des représentants qui s’est déjà manifesté à plusieurs reprises comme l’a rapporté Nea say. Peter King, qui pourrait prendre en janvier la présidence de la commission de la Sécurité intérieure de la Chambre, indiquait la semaine dernière qu’une de ses priorités serait de bloquer les projets de transfèrement des détenus de Guantanamo sur le sol des Etats-Unis pour qu’ils soient jugés par des tribunaux civils.

Ghailani, arrêté en juillet 2004 au Pakistan, avait été transféré à Guantanamo fin 2006. Il été mis à la disposition de la justice civile à New York en juin 2009. « Ce verdict est une réaffirmation de ce que le système judiciaire de notre nation est le meilleur qui ait jamais été conçu », s’est félicité son avocat, Peter Quijano.

Compte rendu du Washington Post http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/11/17/AR2010111705663.html?wpisrc=nl_natlalert