Contrairement à ce que souhaitaient les tories, il n’est plus prévu de rapatrier les pouvoirs de Bruxelles à Londres. Depuis de longs mois il n’a plus été question de soumettre le traité de Lisbonne à un référendum et le sujet n’a pas été évoqué pendant la campagne électorale au cours de laquelle l’Europe a été peu évoquée par l’ensemble des participants. En revanche il n’y aura pas de nouveau transfert de souveraineté au profit de l’Union européenne. Tout nouveau Traité sera soumis à référendum. Contrairement aux Lib-dem , ce nouveau gouvernement n’envisagera pas pendant la législature de rejoindre l’Euro.

En matière d’immigration il y aura un quota sur le nombre d’immigrants en provenance des pays non-européens, conformément au programme des conservateurs. Mais les enfants en situation irrégulière ne pourront plus être détenus dans des centres de rétention.

En matière de libertés civiles, les lib-dem comme les tories veulent les accroître. Au programme l’abandon de la création d’une carte d’identité nationale, une régulation de la videosurveillance et de la base de données ADN, la mise en place de garde-fous contre l’usage abusif des lois antiterroristes.

Les dossiers majeurs seront la crise financière et le sort à réserver aux institutions financières, le changement climatique et la sécurité internationale.

Rendez-vous dans deux semaines où la coalition publieraun texte plus étoffé de son programme et de ses engagements.