Accord Grèce-Turquie pour le renvoi en Turquie des migrants irréguliers. La Grèce et la Turquie ont signé le 12 mai à Athènes un « accord bilatéral » pour le renvoi en Turquie des migrants irréguliers affluant par milliers sur les côtes grecques, a annoncé le ministère grec de la Protection du citoyen. C’est un accord  bilatéral pour le renvoi en Turquie des migrants irréguliers affluant par milliers sur les côtes grecques.

L’accord prévoit notamment « l’application efficace » d’un protocole de réadmission conclu il y a dix ans, qu’Athènes reprochait à Ankara de ne pas respecter. Il a été signé par le ministre grec, Michalis Chryssohoïdis, et son homologue turc, Besir Atalay, dans le cadre de la visite à Athènes du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, selon un communiqué du ministère. « Dans une décision commune co-signée » par les deux ministres, la Turquie s’engage « à prendre toutes les mesures nécessaires » pour la mise en oeuvre de ce protocole, a relevé le ministère grec. « La Turquie doit désigner un port à Izmir ou proche de cette ville pour y ouvrir sous trois mois un poste-frontière qui sera utilisé pour la réadmission des immigrés illégaux », ajoute le communiqué grec. La partie turque s’est aussi engagée à accepter « au moins 1.000 demandes de réadmission par an ».

La Grèce, proche des côtes turques et avec des frontières montagneuses avec ses voisins balkaniques, arrive en tête des entrées irrégulières dans l’Union Européenne, avec pour les six premiers mois de 2009 70% du total des interceptions, 51.600 personnes, recensées par l’agence européenne de surveillance des frontières Frontex. L’afflux de ces migrants, notamment afghans et irakiens, était devenu une nouvelle pomme de discorde entre Athènes et Ankara.

De son côté la commissaire aux affaires intérieures, Cecilia Malmström, a indiqué à l’issue du Conseil Affaires générales du 10 mai qu’un accord était sur le point d’être conclu avec la Turquie en vue de réadmettre les migrants clandestins arrivant dans l’UE. Cette annonce a été faite aux députés européens de la commission Libe. Cet accord concernerait les nationaux turcs, ainsi que les ressortissants des pays avec lesquels l’UE a passé des accords de réadmission comme le Pakistan.. En novembre dernier Turquie et UE avaient convenu de renforcer leur coopération pour résoudre les problèmes communs de l’afflux d’immigrants clandestins.