La Cour suprême des Etats-Unis a décidé lundi de se dessaisir du dossier des détenus chinois ouïghours de Guantanamo qui demandent à être libérés sur le sol américain, au motif que leur situation a changé puisque d’autres pays ont proposé de les accueillir.


La Cour suprême avait accepté cet automne de se saisir de la demande de ces détenus membre d’une minorité chinoise musulmane et turcophone d’être libérés aux Etats-Unis. L’audience était prévue le 23 mars. Déclarés libérables il y a des années, ils ne trouvaient pas de pays tiers pour les accueillir et ils refusaient d’être renvoyés en Chine de peur d’y faire l’objet de persécutions. L’Albanie, les Bermudes et l’archipel pacifique Palau ont accueilli la majorité des 22 détenus ouïghours qui avaient atterri à Guantanamo juste après l’ouverture du camp en janvier 2002. Sept restent enfermés sur la base navale américaine de Guantanamo à Cuba, dont deux doivent être prochainement envoyés en Suisse. Palau a proposé d’accueillir les cinq autres – qui s’y sont jusqu’ici montrés réticents. Au moment où la requête a été présentée devant la Cour suprême, tous n’avaient pas fait l’objet d’une proposition d’asile. « Ce changement dans les faits peut modifier les questions présentées. Aucun tribunal n’a encore statué à la lumière de ces nouveaux faits et nous refusons d’être les premiers à le faire », écrit la Cour dans une courte décision. Elle renvoie leur cas devant la cour d’appel de Washington qui avait rejeté leur demande il y a un an.