L’Union européenne est prête à reprendre au plus vite des négociations avec Washington pour trouver un accord à long terme sur l’échange des données bancaires dans la lutte antiterroriste a indiqué, à l’issue du conseil des ministres, la présidence espagnole : « nous avons décidé à l’unanimité que nous voulions un accord avec les Etats-Unis dans le cadre de la lutte contre le terrorisme » a affirmé le ministre de l’intérieur espagnol, Alfredo Perez Rubalcaba, président en exercice. « L’accord sur swift est un très bon instrument pour combattre le terrorisme et il est évident que nous ne pouvons pas rester trop longtemps sans avoir un tel accord » a insisté le ministre. Le ministre a réfuté toute négociation bilatérale entre les Etats-Unis et certains Etats membres. « Face aux solutions bilatérales, nous voulons un accord de l’ensemble des pays européens » a-t-il expliqué, précisant avoir reçu l’engagement des Pays-Bas et de la Belgique d’avancer vers un accord européen. Il a également expliqué que l’accord recherché « tiendrait compte des craintes exprimées par le Parlement européen. « Nous attendons  confirmation du fait que les américains souhaitent négocier(…) et ils semblent être dans un esprit favorable » a de son côté indiqué Cecilia Malmström. La Commission veut rapidement proposer un nouveau mandat à adopter par le Conseil en mars ou avril confirmant ainsi ses déclarations antérieures. Elle a admis que l’accord provisoire n’était pas parfait et elle a assuré : « nous allons faire mieux ».