Six détenus yéménites et quatre afghans ont été renvoyés ce week-end dans leurs pays respectifs tandis que deux Somaliens ont été remis aux autorités du Somaliland, une enclave du nord-ouest de la Somalie qui a proclamé son « indépendance » en 1991.Ces transferts s’inscrivent dans le cadre de la décision de principe du président américain Barack Obama de fermer Guantanamo à la date du 22 janvier 2010, une échéance qui a toutes les chances de ne pas être respectée en raison de nombreux obstacles diplomatiques et politiques.


« Ces transferts ont été réalisés dans le cadre d’accords individuels passés entre les Etats-Unis et les autorités étrangères compétentes afin de s’assurer que les transferts s’effectuent dans des conditions de sécurités adéquates », a précisé le ministère de la Justice dans un communiqué. Avec ces derniers transferts, il ne reste plus aujourd’hui à Guantanamo que 198 pensionnaires, considérés par les Etats-Unis, comme des « ennemis combattants ». Certains parmi eux risquent d’être jugés aux Etats-Unis par des juridictions civiles ou militaires. D’autres devraient être transférés à l’étranger dont sans doute un en Italie.

Un troisième détenu de Guantanamo serait en cours de transfert en Italie où il sera jugé pour des chefs de terrorisme, rapportent  les chaînes de télévision italiennes. Selon la chaîne privée TG5, il s’agirait d’un homme de 40 ans, Moez Ben Abdelkader Fezzani, également connu sous le nom d’Abou Nassim. Son avion était attendu dimanche soir à l’aéroport Malpensa de Milan. Un mandat d’arrêt émis par l’Italie en 2007 l’accuse notamment d’appartenir au réseau terroriste Al-Qaïda. Le mois dernier, l’Italie avait accueilli deux autres prisonniers tunisiens du centre de détention américain de Guantanamo à Cuba. Ils ont été incarcérés dans l’attente de leur procès. Rome a dit vouloir aider Washington à fermer Guantanamo.