Les lecteurs de Nea Say sont très familiarisés avec ce roman feuilleton assez extraordinaire que l’on pouvait croire clôturer (un peu rapidement) avec la condamnation en Italie des protagonistes de l’enlèvement de Abou Omar à Milan. Vers un nouveau rebondissement ?

Droits fondamentaux,  lutte contre le terrorisme

Le ministre lituanien des affaires étrangères, Vygaudas Usackas, a demandé des preuves après les révélations de la chaîne américaine ABC News qui a fait part de la découverte d’une prison secrète de la CIA en Lituanie qui comme la Pologne était fortement suspectée (Cf rapport de Marty pour le Conseil de l’Europe).Nous devons nous baser sur des faits et non des rumeurs ou d affabulations a déclaré le ministre à l’Agence de presse balte BNS. Clairement cela n’arrange pas l’image de la Lituanie, quand cette affaire ressort tous les deux jours, a-t-il commenté. Le plus important est donc de mener nous-mêmes l’enquête et de dissiper les doutes a conclu le premier ministre, Andrius Kubilius. Une commission d’enquête parlementaire sur cette prison secrète de la CIA en Lituanie a été créée le 5 novembre dernier. Ses conclusions sont attendues pour le 22 décembre prochain. D’ailleurs la commission parlementaire d’enquête s’est rendue sur le lieu mentionné par ABC News. Il s’agirait d’un ancien complexe d’équitation ayant servi de prison en 2004 et 2005 pour le compte d’une société écran de le CIA. Selon la chaîne ABC jusqu’à huit personnes suspectées d’appartenir à Al-Quaida ont été interrogées en même temps dans ce lieu situé près de Vilnius affirmé depuis la chaîne américaine citant, sans les identifier, des responsables du gouvernement lituanien et un ancien responsable du renseignement américain.

Rappelons que le Parlement européen avait créé une commission spéciale d’enquête, présidée par le portugais Coelho (PPE) et dont le rapporteur avait été le socialiste italien Claudio Fava.